Les Australiens sur le Front occidental 1914-1918

Le Chemin de mémoire australien en France et en Belgique

Vous êtes ici :
Imprimer cette page Réduire la taille de la police Augmenter la taille de la police

Ypres – Belgique

Une promenade autour d’Ypres – Mémorial d’Ypres

Mémorial d’Ypres, Jules Coomansstraat

Photo : Monument aux morts à Ypres

Le mémorial, Ypres [DVA] ... Agrandir la photo

Télécharger une carte au format PDF de la promenade au cœur d’Ypres

Dans la Jules Coomansstraat, non loin des Halles aux draps, se trouve une vue familière pour les Australiens : un mémorial local. Il s’agit du mémorial de la ville d’Ypres, où sont consignés les noms des soldats d’Ypres morts pour la Belgique pendant la Première Guerre mondiale. Au centre du monument, on trouve l’image d’un soldat mort dans les bras de deux femmes, tandis qu’au-dessus de lui une troisième, la « Victoire », est sur le point de placer une couronne de lauriers sur sa tête. Ce monument est destiné à rappeler aux visiteurs que la Belgique, bien qu’elle fût en grande partie occupée pendant la quasi-totalité de la guerre, connut des pertes considérables au combat. On estime que 54 889 Belges furent blessés ou capturés et que 38 000 moururent au combat ou des suites de leurs blessures. À l’occasion d’Anzac Day, une couronne est déposée chaque année sur le Mémorial d’Ypres de la part du gouvernement et du peuple australiens.

En Australie, les monuments commémoratifs sont courants dans les quartiers des grandes villes et dans les villes de campagne. On y trouve les noms de ceux qui sont morts, et souvent aussi de ceux qui ont combattu et sont rentrés au pays. On peut se demander si, quelque part sur un mémorial en Australie, en dehors du Mémorial australien de la guerre à Canberra, est gravé le nom du soldat de deuxième classe John Van Wentswinchel, du 20e bataillon de l’AIF. Wentswinchel, âgé de 25 ans, de nationalité belge, s’enrôla aux Sydney Showgrounds le 22 mai 1916, indiquant comme lieu de naissance Anvers, en Belgique, et comme parent le plus proche, son père, John Van Wentswinchel, habitant 1 Straats Waag à Anvers. Les conditions de service consignées dans son dossier de l’AIF sont « pour la durée de la guerre contre l’Allemagne ».

Le 9 octobre 1917, le soldat Wentswinchel combattait aux côtés de son bataillon au sud de Broodseinde dans le Saillant d’Ypres. C’était le jour de la Bataille de Poelcappelle, lorsque la tentative d’avancée britannique visant à prendre Passchendaele échoua complètement dans la boue. Selon l’histoire officielle australienne, le 20e bataillon compta ce jour-là 151 victimes (morts et blessés) parmi ses rangs. Comme le révèle son dossier personnel de l’AIF, John Van Wentswinchel faisait partie des victimes. Il fut gravement blessé par balle au visage et fut évacué vers l’Angleterre, où il mourut à l’hôpital militaire d’Edmonton le 31 octobre 1917. Contrairement aux enterrements sur le champ de bataille, faits en toute hâte, Wentswinchel fut enterré dans un cercueil en orme poli avec supports en laiton dans le cimetière de Brookwood, dans le Surrey, avec tous les honneurs militaires : son cercueil était couvert du drapeau australien, le salut militaire fut tiré par une salve d’artillerie et un clairon joua The Last Post. Ce fils de Belgique mourut, quoique sous l’uniforme australien, pour la défense de sa patrie et de la ville d’Ypres.